Du 10 juin au 24 septembre

Bàuistella, festival d'expérimentations constructives

Avec l’organisation de ce concours, il s’agit ainsi de développer et d’adapter, tous ensemble, le bâti, l’art de vivre et le vivre ensemble aux évolutions de notre société, en questionnant les cultures constructives traditionnelles. Cela amène ainsi les candidats à proposer des réponses résolument modernes dans leurs réflexions sur les modes de vie actuels et de demain.

Pour la première édition du festival, les projets répondent à la thématique des « Architectures montables et démontables ». Les trois lauréats vont construire leurs structures sur le site de l’Écomusée d’Alsace dès le 10 juin 2017, date d’ouverture du festival, pendant quatre à six semaines de chantiers ouverts. Durant cette période, les équipes seront amenées à échanger avec vous et à proposer des animations : présentation des projets, explications, démonstrations...
Après la finalisation de leurs constructions, au courant du mois de juillet, des animations et des expositions autour des différentes réalisations, des conférences-débats et spectacles seront organisés jusqu’à la fête de clôture du festival, le 24 septembre 2017.

Présentation des projets

bauistella oasis

L'oasis - chantier du 26 au 23 juillet

En reprenant le caractère montable et démontable des maisons alsaciennes, l’association AKPÉ réalise deux espaces complémentaires dans une même structure : une « semencerie » participative alsacienne ainsi qu’un espace de repos isolé. Tous deux jouent avec la lumière, l’un la laissant entrer, l’autre étant plus con dentiel. Leur projet met en oeuvre une charpente classique de fermes répétées et revisitées, qui se plient de manière simple pour être transportées et remontées ailleurs. 


bauistella hzad

Hazad / Habitat alternatif - chantier du 19 au 24 juin

Le projet des Nouveaux Voisins est un Meccano ® de bois qui, grâce à la technologie de la découpe numérique, permet de créer des assemblages par emboîtement sans vis. Il s’inspire de la yourte mongole pour sa mobilité, de la maison traditionnelle alsacienne pour sa durabilité et son système de couverture, et des constructions japonaises pour la technicité de leur assemblage en bois.

Trois des six cotés de la structure sont constitués de murs fixes qui supportent la toiture. Les trois autres sont soit laissés libres, pour proposer un espace  uide et ouvert, soit fermés par des portes en polycarbonates ou par des rideaux. La forme en losange des tuiles guide l’ensemble du projet, du dessin de la structure et des façades jusqu’au calepinage du sol.

bauistella vice versa

Vice Versa - chantier du 10 au 18 juin

Lieu de savoir et de transmission, leur construction invoque la culture constructive traditionnelle alsacienne. Elle présente deux espaces d’apprentissage par les sens, clairement distincts : l’entrée o re un lieu d’a chage et d’information. La suite est à la fois le contenant et le contenu, un lieu où l’expérience est sensitive, au contact de la matière. La structure s’anime par la présence des usagers et de leurs actions.
Cette micro-architecture, entièrement démontable, offre un lieu de contemplation, de rêverie et d’apprentissage : une nature à observer plutôt qu’à consommer.




projets off

signal entree

LE SIGNAL – Sculpture d’accueil de l’Écomusée d’Alsace 
ForMaRev – Strasbourg (Bas-Rhin)
Thomas Forster, Baptiste Martin, Benjamin Revire et Pauline Sémon

L’édification d’une sculpture entre le parking et l’entrée des visiteurs vise à redonner un signal d’accueil et d’orientation clair. Point de repère, elle attire l’œil par un élément vertical fort et permet un arrêt momentané. Des assises y sont proposées, partiellement abritées et ombragées, grâce à l’ajout d’une pergola. Dans une optique éthique, économique et expérimentale, les matériaux en attente d’une nouvelle vie sur le site de l’Écomusée ont été utilisés au maximum. La sculpture se compose ainsi d’un grand nombre de matériaux traditionnels (bois, tuiles, pierres...), réinterprétés via un dessin contemporain. La couverture se distingue par l’assemblage de petits panneaux en bois naturel, peint ou brûlé.


obervedere

OBERVÉDÈRE – Le belvédère d’Oberhausbergen
Collectif ETC – Marseille (Bouches-du-Rhône)

Pour marquer le début du Théâtre d’agriculture de l’Écomusée d’Alsace, exposition à ciel ouvert, le collectif ETC a remonté, en 2016, avec les charpentiers bénévoles du musée, une étable-écurie provenant de Sundhoffen. En 2017, les architectes ont créé une station finale du parcours. À partir des colombages d’une maison d’Oberhausbergen, ils ont imaginé un belvédère de près de 8 mètres de haut, pour un panorama sur les champs et une vision d’ensemble des agricultures d’hier à demain. Cette cabane en hauteur démontre que nous pouvons préserver les matériaux des maisons traditionnelles alsaciennes, même en mauvais état ou incomplets : ils peuvent servir de base à de nouveaux projets innovants.

 

etable mobile

L’ÉTABLE MOBILE
Philippe Kuhlmann – Soultzeren (Haut-Rhin) 

La transhumance traditionnelle semble aujourd’hui subsister à des fins touristiques ou folkloriques, plus qu’à des fins agricoles. De nouvelles formes de transhumance émergent alors par la « mobilité animale de service », pour répondre à différents objectifs (reconquête d’espaces anciennement pâturés, gestion des paysages, retour de l’animal en agriculture de proximité ou en milieu péri-urbain, voire urbain...). Quel que soit l’espace ou le contexte, cette nouvelle mobilité exige une infrastructure de stationnement, contention et mise à l’abri. L’étable, pliable et transportable par traction mécanique ou animale, répond à ces besoins. Elle peut accueillir des bovins, s’adapter aux ovins et caprins, comporte des espaces de stockage de fourrage et un intérieur aménageable selon les nécessités (traite, soins...).

 

Retour à la programmation

Ils nous soutiennent

Voir tous les partenaires
  • Logo Région Grand Est
  • Logo Département Haut-Rhin
  • Logo Musées Mulhouse Sud Alsace
  • Logo Museums Pass Musées

Soyez informés de notre actualité en un battement d’e-mail chaque mois