Ouverture du festival d’expérimentations constructives Bàuistella

 « Bàuistella », un mot qui parle de chantiers... en alsacien, bien sûr ! Des chantiers pour construire, tous ensemble, mais surtout adapter le bâti, l’art de vivre et le vivre-ensemble aux évolutions de notre société. L’occasion aussi, pour l’Écomusée d’Alsace, d’expérimenter autour de l’habitat dans un lieu dédié à la conservation, à la restauration d’objets anciens et à la médiation, avec l’aide d’architectes et d’artisans.


Les objectifs :

• proposer des pistes de réflexion aux constructeurs, décideurs et particuliers, pour leur montrer qu’il est possible de construire avec des matières locales et saines ;
• reprendre une dimension de laboratoire, être un créateur de perspectives et créer un « quartier-manifeste » composé d’une vingtaine de bâtiments alsaciens contemporains.

Des équipes innovantes et inspirées


Pour cette première édition du festival Bàuistella, trois équipes ont été sélectionnées par un jury de professionnels en janvier dernier.
Intéressés par les démarches à la frontière de l’architecture pour expérimenter, Nicolas Grun et Pierre Laurent, architectes-plasticiens « Les Nouveaux Voisins », accompagnés de Philippe Fluck, artisan menuisier, participent au projet pour « sortir des sentiers battus et se mettre à la place des constructeurs ». Avec leur habitat alternatif « HAZAD », ils explorent d’autres façons de faire que dans des projets de constructions classiques et « poussent le raisonnement plus loin ». Ils s’inspirent ainsi des techniques constructives traditionnelles, pour ne pas tout réinventer, en lien avec une technologie plus moderne.

Elise Ruelle et David Leininger, architectes Diplômés d’État Habilités¬ à la Maîtrise d’Œuvre en leurs Noms Propres (DE HMONP), avec leurs acolytes Julie Heyde, architecte DPLG et fondatrice de DVTup, et Marie-Charlotte Raudin, juriste, ont, de leur côté, « un intérêt grandissant pour la construction à petite échelle ». C’est ce qui leur plaît dans la démarche du festival Bàuistella : suivre le projet de A à Z, du dessin à l’auto-construction en un temps restreint, et mettre la main à la pâte, en quelque sorte ! Avec leur pavillon « Vice Versa », lieu de savoir et de transmission ouvert et participatif, ils répondent à la question de « ce qu’est de construire de manière moderne dans un territoire rural, en tenant compte de la tradition et du lieu en particulier. »

Clara Chabaud, Nicolas Coury, Caroline Moroni et Hippolyte Sapin, architectes au sein de l’association AKPÉ, ont quant à eux l’habitude de « confronter la conception et la construction ». Bàuistella, c’est pour eux l’occasion de « mener une réflexion sur l’habitat de demain », qui les intéresse vivement. Avec un véritable coup de cœur pour un « sujet attractif local, écologique et qui traite de mobilité », ils élaborent une « Oasis », semencerie participative dont tout l’assemblage peut se faire à la main. Simple, ils utilisent le même principe que l’assemblage des maisons alsaciennes traditionnelles !

Après les chantiers, place aux animations


À partir du 10 juin 2017, les trois équipes lauréates organisent des chantiers ouverts pour construire leurs structures. Elles vous présentent leurs projets et vous apportent des explications quant aux choix des matériaux ou des techniques utilisées, notamment.
Après la finalisation des trois architectures, en juillet, des animations et des expositions autour des réalisations, des conférences ou des spectacles seront organisés jusqu’au 24 septembre 2017.

En savoir plus sur les trois projets lauréats



© Crédit photo - Florentin Havet

 

Ils nous soutiennent

Voir tous les partenaires
  • Logo Région Grand Est
  • Logo Département Haut-Rhin
  • Logo Musées Mulhouse Sud Alsace
  • Logo Museums Pass Musées

Soyez informés de notre actualité en un battement d’e-mail chaque mois