Dans la Stub avec… Caroline Rahier

Caroline Rahier, âgée de 25 ans, intervenante en tant que sellière bénévole à l’Ecomusée d’Alsace. Elle vous raconte son parcours et son lien avec le musée.

 

Caroline, racontez-nous votre première visite à l’Ecomusée d’Alsace. Avez-vous un lien affectif avec le musée ?

« Ma première visite, j'en ai très peu de souvenirs. Je devais avoir 8-9 ans, et c'était durant une sortie scolaire. A l'époque, le côté mine était encore ouvert aux visites, et cela m’a beaucoup marquée, de même que le défilé des chevaux sur la place des Charpentiers, au moment de la présentation des différents attelages. Je n'y suis retournée qu'une quinzaine d'années après, à l'occasion des Journées Européennes des Métiers d’Art, pour mon premier stand à l'Ecomusée d’Alsace. Mais j'avoue que j'ai été ravie d'y revenir et de le redécouvrir en étant adulte. Les choses ont changé mais l'ambiance reste la même, chaleureuse et conviviale, et c'est très plaisant de voir toute la culture alsacienne conservée et concentrée au musée. Je conseille à toute personne que je connais d’y venir et revenir, car la programmation change en continu ! »

Pourquoi êtes-vous devenue sellière ?

« Je suis devenue sellière un petit peu par hasard. Je monte à cheval depuis mes 12 ans et cette passion ne m'est pas passée depuis. Après une licence d'Espagnol, mon père m'a proposé de faire un double cursus entre un master et un métier manuel, et c'est là que j'ai choisi la sellerie parce que j'aime travailler de mes mains, mais j'aime aussi les chevaux. Du coup, il ne restait plus qu'à trouver où apprendre toutes les ficelles du métier. Après quelques mois de formation, j'ai passé le CAP avec succès, puis j'ai créé mon entreprise à Barr il y a 2 ans maintenant. »

Pourquoi faire des démonstrations de sellerie à l’Ecomusée d’Alsace ?

« Le hasard a fait que l'Ecomusée était à la recherche de bénévoles pour la sellerie et faire des démonstrations et, donc, quelques heures de bénévolat m'ont été proposées et j'ai accepté. Cela me permet de me faire connaître un peu plus mais, surtout, de faire revivre un métier qui passe un peu dans l'oubli. De montrer que les jeunes s'y intéressent et sont capables et qu'il y a toujours du travail, même si c'est un vieux métier qui se perd. Cela permet également de rendre l'Ecomusée plus vivant et réel et de ne pas oublier les vieilles techniques d’antan quand tout se faisait à la main. »

 

Que pensez-vous de votre nouvel atelier et en quoi cela va-t-il changer votre pratique de la sellerie ?

« La grande baie vitrée promet une belle lumière et plus d'espace pour faire des démonstrations aux visiteurs ! Vivement la réouverture ! »

 

© Crédit photo - Ecomusée d'Alsace

Ils nous soutiennent

Voir tous les partenaires
  • Logo Région Grand Est
  • Logo Département Haut-Rhin
  • Logo Musées Mulhouse Sud Alsace
  • Logo Museums Pass Musées

Soyez informés de notre actualité en un battement d’e-mail chaque mois

de recevoir des e-mails marketing de « Écomusée d'Alsace ».
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site Internet. En continuant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.En savoir +J'accepte