Dans la Stub avec… Eric Jacob

Directeur de l’Écomusée d’Alsace, Eric Jacob nous parle des différentes étapes de la mise en œuvre du projet Bàuistella et de la première édition de ce festival d’expérimentations constructives.

Eric, quelles sont les différentes étapes de la mise en œuvre du projet Bàuistella ?          

« Tout d’abord, il a fallu que l’ensemble des équipes adhère au repositionnement du musée car, jusqu’en 2014, l’Écomusée d’Alsace s’était plutôt concentré sur ses missions patrimoniales. Parallèlement à cela, nous avons mis en place un certain nombre de comités, dont certains avec des personnes externes tels que des architectes, urbanistes, citoyens intéressés par des questionnements durables ou des artistes comme François Zenner. Suite à ces différents échanges, c’est petit à petit qu’est né un cahier des charges que nous avons formalisé avec le groupe d’étudiants en architecture ForMaRev, qui avait réalisé son projet de fin d’études à l’Écomusée d’Alsace en 2015. Après la diffusion de ce cahier des charges dans les milieux adaptés et concernés, nous avons abouti à une trentaine de candidatures au mois de janvier de cette année, pour sélectionner les 3 projets lauréats lors de la réunion d’un jury, à la fin du mois de janvier. »

D’où vient l’idée de ce festival ?         

« L’une de mes missions en tant que Directeur de l’Écomusée d’Alsace est de développer la fréquentation du musée. La valorisation événementielle du patrimoine porte en elle la capacité de renouveler les publics. Un musée n’est pourtant que rarement associé à la notion événementielle. Il y a des collections qui sont présentes et qui changent, mais la dimension de laboratoire peut amener de nouveaux publics. D’autre part, l’Écomusée a observé que les maisons traditionnelles et ce qu’elles portent en elles de manière de vivre répondent à des réflexions éminemment modernes. Elles sont en capacité de relever de nombreux et importants défis posés à nos sociétés contemporaines en matière de respect de l’environnement, de modes de vie, d’utilisation de matériaux locaux, de processus constructifs... Elles peuvent largement inspirer nos modèles de développement durable, nos façons de construire, mais 400 à 500 maisons traditionnelles sont encore démolies en Alsace tous les ans. Au XXème siècle, de nombreux villages ont été partiellement défigurés. Et si, dans un siècle, des passionnés étaient amenés à créer un nouvel écomusée alsacien, que pourraient-ils montrer des traditions constructives de notre région pour la fin du XXème siècle et le début du XXIème siècle ? Que voulons-nous faire au XXIème siècle ? De nombreux habitants du territoire cherchent des solutions pour construire avec des matières premières locales et saines, des idées. Ils ont souvent du mal à trouver des réponses à leurs questions. À travers ce festival, nous souhaitons pouvoir leur apporter des pistes de réflexion. »

 

Le thème du festival Bàuistella cette année est
« Architectures montables et démontables » ? Comment et pourquoi ce thème a-t-il été choisi ?     

« Le thème a été choisi durant des réunions de travail mixtes, avec des salariés et des bénévoles de l’Écomusée d’Alsace. Lorsque nous avons réfléchi au thème, parce qu’il est important pour nous qu’il y ait un nouveau thème chaque année, de manière à renouveler l’intérêt du public, nous nous sommes posés la question suivante : « Qu’est-ce qui pourrait faire le lien entre les constructions d’hier et les constructions d’aujourd’hui et de demain ? ». À l’Écomusée d’Alsace, toutes les maisons du site ont été, à un moment donné, au moins une fois démontées et remontées. Par ailleurs, c’est un élément qui fait partie de la définition de base des maisons traditionnelles alsaciennes : ces maisons étaient des biens meubles, par essence conçues pour être montables et démontables. D’autant plus qu’aujourd’hui, quand on pose la question à des gens qui ont 40-50 ans, ils ont, pour beaucoup d’entre eux, été amenés à déménager une fois, deux fois voire plus durant leur carrière pour un changement de travail par exemple. On peut donc légitimement se poser la question : « Si je change de travail et de région, est-ce que je peux emmener ma maison avec moi ? ». La question me semble actuelle ! C’est comme ça que, dans le flux de ces discussions et réflexions, l’idée de ce thème est venue. Il fait le lien avec autrefois, mais est également très actuel. »

Les 3 équipes se succèderont durant tous le mois de juin pour mettre en place leurs structures. Les visiteurs pourront-ils participer à ces chantiers ?    

« Oui, en s’adressant directement aux équipes lauréates (voir coordonnées ci-dessous). Par exemple, durant le chantier de « Vice Versa » qui aura lieu du 10 au 18 juin, la phase de remplissage se fera avec le public !
Pendant ces chantiers, il y aura également de véritables échanges entre les visiteurs et les constructeurs. Donc même s’il ne peut pas participer en mettant la main à la pâte, le public pourra au moins avoir un échange avec les équipes pour comprendre quelle était leur idée de départ, comment elles ont conçu leur projet, comment elles le réalisent et avec quel(s) matériau(x) et techniques d’assemblage… »

 

Est-ce que les constructions resteront à l’Écomusée d’Alsace ? Si oui, quelles seront leurs fonctions ?

« Elles resteront à leurs endroits initiaux au moins 5 ou 6 années. Et ensuite, comme l’indique le thème, elles seront amenées à être démontées et remontées. Dans le lot des constructions de cette année, il n’y a pas que des maisons faites pour y habiter. Le projet « L’Oasis », en l’occurrence, est une serre dans laquelle nous allons pouvoir développer nos semences pour nos champs. Nous pourrons éventuellement la garder à l’endroit où elle est. À ce stade, rien n’est encore déterminé. Certaines de ces structures auront aussi vocation à sortir de nos murs et à devenir, quelque part, une vitrine de notre démarche que nous voulons militante, engagée et très juste en matière de développement durable. Nous pourrons prêter ces structures à nos collègues des écomusées ou des musées d’Alsace ou d’ailleurs, voire les vendre, les recycler sur place en lieux qui pourront être utiles à l’Écomusée d’Alsace. Tout ça est possible et imaginable ! L’idée étant, qu’à terme, nous ayons un petit quartier de 20-25 structures mais pas plus ! Et quand nous serons arrivés à ce seuil-là, à raison de 4 ou 5 structures par an, l’idée, c’est de ne pas le dépasser. Donc les plus anciennes architectures, tous les ans à partir de là, seront démontées. De nouvelles prendront leur place sur de nouveaux thèmes. Le fait de se renouveler permettra de toujours rester à l’avant-garde des réflexions, parce qu’une maison vieillit très vite, et les techniques évoluent rapidement également. »

Une fois que les constructions seront installées, pouvez-vous nous donner un avant goût des festivités qui suivront ?  

« Il y aura deux types d’animations. Certaines seront très scientifiques ou techniques, c’est-à-dire qu’il y aura des conférences et des échanges avec les constructeurs et des spécialistes du métier, sur le thème « Architectures montables et démontables ». D’autres seront plutôt ludiques et poétiques, avec l’intervention d’artistes dans et autour des constructions, avec de la musique, du chant, des contes, de la danse... et, pour certaines structures, des animations artistiques pendant les chantiers, et non seulement à leur issue ! »


Coordonnées des équipes lauréates pour les chantiers ouverts

 - Projet « Oasis » -  Association AKPE
 - Projet « Hazad » -  Les nouveaux voisins
 - Projet « Vice Versa » -  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

© Crédit photo - Ecomusée d'Alsace

Ils nous soutiennent

Voir tous les partenaires
  • Logo Région Grand Est
  • Logo Département Haut-Rhin
  • Logo Musées Mulhouse Sud Alsace
  • Logo Museums Pass Musées

Soyez informés de notre actualité en un battement d’e-mail chaque mois

de recevoir des e-mails marketing de « Écomusée d'Alsace ».
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site Internet. En continuant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.En savoir +J'accepte