L'Écomusée d'Alsace fête ses 35 ans !

Hier…

C’était le 1er juin 1984, l’Écomusée ouvrait ses portes au public pour la première fois… A son ouverture, le musée compte une vingtaine de bâtisses inachevées, mais le succès est aussitôt au rendez-vous ! Il accueille en effet 75 000 visiteurs lors de sa première année. Tous encouragent l’association à poursuivre l’aventure. Les Alsaciens donnent alors des milliers d’objets à l’Écomusée, constituant le début des aménagements intérieurs des bâtiments : meubles, vêtements, documents, photographies...

Par la suite, entre 1985 et 1994, le remontage d’autres bâtiments emblématiques tels que la Tour Forte, la scierie de Moosch ou encore l’ouverture des ateliers artisanaux tant appréciés des visiteurs, ont constitué d’autres étapes.L’histoire de l’Écomusée a continué de s'écrire, de nouveaux bâtiments et objets de collection sont venus densifier le patrimoine matériel valorisé par le musée. 

Que le temps passe vite ! En 2014, les 30 ans du musée sont arrivés plus rapidement qu’on ne l’aurait cru. A cette occasion, une trentaine de défis drôles, insolites ou décalés ont été relevés par les salariés et bénévoles de l’Écomusée d’Alsace : 30 heures pour remonter une maison alsacienne, 30 barbus rasés en un temps record par nos barbiers, 30 photos de familles alsaciennes … Originalité et humour ont présidé à l’ensemble de ces défis et marqué l’histoire du musée !

35ème anniversaire : coup de projecteur sur la scierie

Reconstruite en 1989, la scierie de l’Écomusée d’Alsace n’a guère fonctionné depuis 2006. Le musée, avec sa corporation de scieurs bénévoles, contribue aujourd’hui à la redynamiser, pour la replacer au coeur du village et y proposer à nouveau une programmation.

En 2015, le site a fait remettre en état l’une des trois sources d’énergie de la scierie : la roue à augets. Grâce à la réparation et au remontage de celle-ci, la scierie du musée a pu reprendre son activité. Le 1er juin, après le transport d'une grume de bois locale par traction animale, la scierie produira ainsi la première planche de bois sciée par force hydraulique au musée. La remise en route de la force motrice hydraulique de la scierie marque le retour au glorieux passé de l'industrie du bois en Alsace et le lancement d'une nouvelle dynamique dans notre village-musée. C'est la grande nouveauté de cette 35e saison.


Aujourd’hui et… demain !

Aujourd’hui, c’est déjà un nouvel anniversaire qui se profile et comme un bonheur n’arrive jamais seul, la barre des 10 millions de visiteurs accueillis à l’Écomusée depuis son ouverture au public sera atteinte le 1er juin ! Un cadeau inestimable pour l’Écomusée et ses équipes qui vient récompenser 35 années d’engagement pour préserver, restaurer, valoriser et transmettre avec cœur et enthousiasme les traditions et patrimoines alsaciens.

L’avenir reste à écrire ensemble… qui de mieux placé pour nous en parler que Denis Leroy, dernière recrue et nouveau Directeur de l’Écomusée ?

Rencontre avec Denis Leroy, nouveau Directeur de l’Écomusée d’Alsace

Le nouveau directeur de l'Écomusée, arrivé le 1er mars dernier, est un manager qui aime jouer collectif. Trait de personnalité surprenant dans un quotidien de plus en plus crispé : il ne pratique pas la langue de bois ! Denis Leroy est entier. Avant de mettre en place une stratégie concernant le devenir du lieu, il a d'abord voulu se laisser le temps de bien le connaître. Parce que l'Écomusée d'Alsace, c'est une grosse machine.

« Si on m'a fixé des objectifs de fréquentation ? Oui. Mais j'ai préféré répondre : on va tous faire de notre mieux ! Si ça ne suffit pas, vous me virez », sourit Denis Leroy, qui succède ainsi à Éric Jacob - dont les grandes thématiques axées sur l'architecture et la maison du futur étaient sans doute un peu trop éloignées de l'univers patrimonial de l'Ecomusée. « Un projet comme la maison du XXIème siècle, ce n'est pas le rôle d'un lieu comme l'Écomusée », poursuit le longiligne directeur, pas loin des deux mètres sous la toise.

Oeuvrer pour le bien public

Denis Leroy est passé par la Communauté Urbaine de Strasbourg, le Conseil départemental de Mayotte et la direction générale de la Fédération des Aveugles du Grand Est. Il est aussi bénévole aux Eurockéennes de Belfort depuis une vingtaine d'années et président du Musée Vodou à Strasbourg. « Je vois une trame commune à mon parcours. J'œuvre pour la collectivité, le bien public. »

Ainsi, à 50 ans, il a eu envie de se lancer dans un nouveau projet. « Je ne rêve pas de rouler en Ferrari. On ne vient pas travailler ici pour s'enrichir, mais par conviction. L'Ecomusée, ça n'appartient à personne - c'est le patrimoine de tous les Alsaciens. On s'y pique aux hormones d'Alsace ! Tout est alsacien, des maisons jusqu'aux poules ou aux cochons ! », plaisante-t-il.

Ces derniers mois, Denis Leroy s'est immergé dans le quotidien des 250 bénévoles et des salariés de l'Ecomusée. Comme dans l'émission d'M6, Patron Incognito, il ne s'est pas présenté en tant que futur directeur et a participé aux différentes tâches : s'occuper des vaches, des cochons, entretenir les maisons... « Certains bénévoles sont là depuis 30 ans ! J'ai commencé par aller voir tout le monde, les écouter, et leur demander ce qui d'après eux, fonctionne et ce qui ne fonctionne pas », explique-t-il.

« Il y a une énergie humaine complètement folle ici. J'ai passé des heures à discuter avec un bénévole incollable sur l'histoire de la Poule d'Alsace. Un autre est passionné de charrettes. J'ai discuté avec la dame qui s'occupe des oies - elle leur parle et sait que telle oie a tel ou tel caractère ! C'est cette richesse collective que j'ai envie de mieux valoriser. »

L'harmonie, sa philosophie

L'harmonie est un mot qui revient régulièrement dans la bouche de Denis Leroy. L'harmonie entre bénévoles. Mais aussi avec les musées du coin. La Cité du Train ? « On a un train qui ne marche pas, il doit y avoir quelque chose à faire ensemble ! » La Cité de l'Auto ? « On a plein de vieilles voitures à rénover ! » La Grange à Bécanes ? « Je vois très bien quelques anciennes motos faire des tours dans les allées ! » Avec sa manivelle, Denis Leroy met en branle la roue à aubes de la scierie de l'Ecomusée, qui accélère. L'image serait-elle symbolique ?

Le chef en bref !

Une musique en boucle ? 
« Au Suivant » de Jacques Brel !
Votre livre de chevet ? 
« Sapiens », de Yuval Noah Harari, ou la coopération humaine rendue possible par l'apparition de fictions : mythes, religions, nations...
Une personnalité que vous admirez ? 
Mes parents.
Ce qui vous émerveille dans la vie ?
Les gens. Les passions qu'ils peuvent développer.
Votre dernière grosse colère ?
Les politiques en général. Mais qu'est-ce qu'on nous raconte ?! C'est fou.
Le truc que vous adorez en Alsace ?
L'Alsacien ! Bosseur, volontaire. Et bien plus ouvert d'esprit qu'on ne le pense.
Le truc qui vous gonfle en Alsace ?
Peut-être cette petite guéguerre entre Haut-Rhin et Bas-Rhin qui n'a pas de sens.

 

 

 

 

 

 

 

Ils nous soutiennent

Voir tous les partenaires
  • Logo Région Grand Est
  • Logo Département Haut-Rhin
  • Logo Musées Mulhouse Sud Alsace
  • Logo Museums Pass Musées

Soyez informés de notre actualité en un battement d’e-mail chaque mois

de recevoir des e-mails marketing de « Écomusée d'Alsace ».
Les cookies assurent le bon fonctionnement de notre site Internet. En continuant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.En savoir +J'accepte